Depuis quelques semaines, à raison d’une fois par semaine, Danielle et moi travaillons la Fimo ensemble. Cela nous permet d’explorer des techniques en autodidacte. Jusqu’à présent, je n’ai jamais suivi de cours et il était temps de m’y mettre. Les vidéos sur You Tube c’est bien, ou les cours en ligne mais un atelier a l’avantage de pouvoir partager ses expériences, ou son inexpérience.

Nous nous sommes vite rendues compte que nos finitions laissaient vraiment à désirer !

Rien que pour cela, merci Karin !

Nous devions apporter nos propres canes, ou Karin pouvait nous en fournir, et notre matériel. Les pâtes étaient également à notre disposition ainsi que certains outils.

Voici les canes de départ - elles contiennent pas mal de translucide donc, la couleur de départ et celle après cuisson sera différente :

 

canes

 

 

L’ambiance a tout de suite été conviviale, le courant est bien passé entre toutes les participantes (eh oui, pas d’hommes, bizarre non ?? ).

Malgré la chaleur qui était assez insupportable, nous avons travaillé d’arrache-pied pour obtenir plusieurs pièces de très bonne qualité.

Karin nous a fourni les âmes des bracelets et ….au travail

J’ai réalisé une plaque en associant mes canes. J’ai ainsi appris l’importance de travailler par étape (et pas n’importe comment, comme cela m’arrive souvent).

Après avoir posé les tranches pour la couche du fond, bien incruster celles-ci dans la plaque. Et ce, au moyen de papier alimentaire et ….d’une carte de visite, en frottant celle-ci sur le papier jusqu’à ne plus sentir de différence de niveau. Ensuite, la 2e couche et éventuellement une troisième. Bien entendu à chaque étape, reprendre le lissage. (Les photos prisent pendant l'atelier sont bof, mais j'avais oublié mon appareil photo :-(, le gsm a servi de relais).

 

plaque

 

Cela donne une plaque sans différence d’épaisseur et toute lisse. Avouez qu’elle est jolie !

La pose de la plaque sur l’âme du bracelet, après avoir enduite celle-ci de Fimo liquide pour l’adhérence,  fut relativement aisée (avec l'aide de Karin !), mais demande de la patience et  de la douceur (pas vraiment mes qualités premières !). Ensuite, 1e cuisson.

 

prise de mesure

 

Après  refroidissement, pose de l’intérieur du bracelet que nous avons texturée, cela évitera le ponçage (il n’y a pas de petit profit, héhé !). Pose également de Fimo liquide pour l’adhérence. Lissage des bords et 2e cuisson.

 

Après la 2e cuisson, ponçage d’abord au papier 400, puis 600, 1000 et 1500. Si le polissage se termine à l’outil style Dremel (ou Dremel), inutile d’aller jusqu’au 1000. On peut s’arrêter à 600.

 

ensemble

 

Attention, toujours poncer en mouillant sa pièce ou porter un masque de chirurgien. Le ponçage fait pas mal de fines particules.

Je me suis achetée sur Ebay un polisseur génial qui s’adapte parfaitement sur ma tite machine et qui donne un résultat super brillant (mais qui peluche beaucoup à la 1e utilisation).

Tant que nous étions occupées, nous avons également réalisé un pendentif et pour ma part des boucles d’oreilles, vu la taille de la plaque réalisée, j’avais de la matière !!

Et voilà les résultats, je n’en suis pas du tout mécontente !

 

enrougeetnoir

 

 

A bientôt !